La prochaine conférence du Cercle aura lieu le jeudi 20 octobre prochain à 20h00 au Foyer culturel de Saint-Ghislain (Grand-Place, 37 à 7330 Saint-Ghislain, salle du haut). Nous aurons le plaisir de recevoir M. Laurent Honnoré (chef de service des Archives de l’État à Mons et ancien président du Cercle) qui abordera le sujet suivant :


Évolution et urbanisation de la fin du XVIIIe siècle à 1914.


Il ne reste aucune trace à Saint-Ghislain de la présence de la puissante abbaye bénédictine qui a fortement marqué l’histoire de la ville durant l’ancien régime. Or, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le monastère occupe une superficie étendue au nord de l’agglomération urbaine. L’enclos est constitué des bâtiments abbatiaux et de nombreuses dépendances. L’abbaye possède également de vastes prairies à l’extérieur de la zone bâtie.

L’exposé vise d’abord à rappeler la place que l’abbaye occupait dans le paysage saint-ghislainois. On verra ensuite comment les bâtiments abbatiaux ont disparu après la suppression du monastère, victime de la législation révolutionnaire française qui, en 1796, abolit les établissements religieux dans les territoires de la Belgique actuelle. Les propriétés de l’abbaye à Saint-Ghislain sont vendues comme biens nationaux et passent entre les mains de deux riches familles bourgeoises liées à l’exploitation et au commerce du charbon, alors en plein essor.

On montrera comment a évolué l’espace autrefois occupé par le monastère jusqu’au début du XXe siècle. Longtemps constitué de prairies et de jardins, cet espace connaît une profonde transformation dans le dernier quart du XIXe siècle. Le développement économique et démographique de la ville, qui devient un nœud fluvial et ferroviaire pour l’écoulement des produits des charbonnages du Borinage, rend nécessaire une extension de la zone bâtie.

Sur l’initiative d’Auguste Maigret, qui possède une partie significative des terrains ayant appartenu à l’abbaye, des rues nouvelles sont percées au nord de la cité, entre la Grand-Place et le canal de Mons à Condé. Les terrains adjacents sont vendus et progressivement bâtis. Un nouveau quartier apparaît, qui est aujourd’hui le plus ancien quartier de la ville, puisqu’il a été en grande partie épargné par les bombardements de 1944.

On retracera le déroulement de ce processus d’urbanisation entre 1875 et 1914, en tentant de répondre aux questions suivantes. Comment et à quel rythme le parcellaire a-t-il évolué ? Quel rôle le pouvoir communal a-t-il joué dans cette évolution ? Qui sont les nouveaux propriétaires et les nouveaux habitants ? Quels types d’habitations voit-on apparaître ? Nous parcourrons successivement les rues concernées, en présentant quelques exemples significatifs des constructions nouvelles, dont beaucoup sont toujours visibles aujourd’hui.

Plan du projet d’agrandissement de 

Saint-Ghislain, 16 juillet 1874 

(Archives de l’État à Mons).